Créez votre CV en 3 étapes

Remplissez vos coordonnées, choisissez un modèle et téléchargez votre CV. Facile et rapide - prêt en 10 minutes. Commencez tout de suite !

Créer son CV
Religion et CV, mauvais ménage ?

Religion sur un CV

Mentionner sa religion sur son CV, une mauvaise idée ? Très certainement. Les discriminations à l’embauche étant malheureusement encore trop nombreuses, il est préférable de ne pas dévoiler trop de détails en lien avec sa vie privée sur son curriculum vitae. A l’instar de la nationalité, du sexe, de l’état matrimonial ou encore du nombre d’enfants, la religion n’a pas vraiment sa place sur un CV. CVwizard.fr vous dit tout sur le sujet.


L’absence d’obligation d’indiquer sa religion sur un CV

Lorsque l’on rédige son CV, il n’est pas toujours facile de s’y retrouver pour savoir quelles informations mentionner ou ne pas mentionner. En effet, en termes d’informations personnelles, il n’existe aucune règle quant à celles qui doivent apparaître sur le CV ! Il appartient en réalité à chaque candidat de rédiger son curriculum vitae comme il le souhaite. Mais attention alors à ne pas dévoiler trop d’informations privées ! Si le nom, la ville, le numéro de téléphone et l’adresse mail sont absoluments nécessaires, ce n’est pas le cas de l’adresse postale, de l’âge, de la nationalité, du sexe, du lieu de naissance, de l’état matrimonial ou encore de la religion. Cette dernière information n’apparaît jamais sur les CV, cela appartenant strictement au domaine privé.


Des discriminations liées à la religion en France

Si en France des mesures ont été prises ces dernières années pour réduire les inégalités dans le domaine du travail, la situation est encore loin d’être parfaite. Ainsi, de nombreuses études montrent que la religion est un facteur de discrimination à l’embauche, de même que l’âge ou le sexe. C’est le cas notamment d’une étude menée en 2015 par l’Institut Montaigne et qui met en lumière des faits éloquents : un candidat perçu comme musulman pratiquant a deux fois moins de chances d'être convoqué à un entretien d’embauche qu'un catholique pratiquant (10,4% contre 20,8%). Cet écart s’accentue encore plus si l’on sépare les hommes des femmes. La discrimination touche également d’autres religions, notamment la religion juive.


Un candidat perçu comme musulman pratiquant a deux fois moins de chances d'être convoqué à un entretien d’embauche qu'un catholique pratiquant.


Des préjugés qui persistent

A compétences égales, un homme perçu comme catholique pratiquant a donc plus de chances de décrocher un entretien d’embauche - et donc un emploi - qu’un candidat perçu comme musulman pratiquant. S’il est difficile de définir de manière certaine l’origine de cette discrimination, de nombreuses études tendent à montrer que l’islam est souvent associé à l’extrémisme religieux. Des stéréotypes qui malheureusement perdurent, et qui ne sont pas étrangers au monde du travail. En effet, de nombreux employeurs estiment qu’un salarié de confession catholique sera plus “agréable” ou plus “facile” au sein de l’entreprise. Ce qui est absolument faux !


La discrimination sur la religion interdite en France

En France, la discrimination sur la religion est totalement illégale. C’est l’article L1132-1 du Code du travail qui définit les mentions discriminatoires non autorisées dans les offres d’emploi mais aussi pendant toute la procédure de recrutement de nouveaux salariés. Ainsi ne peuvent figurer dans les offres d’emploi des références liées au sexe, mais aussi à l’origine, à l’orientation ou à l’identité sexuelle, à l’âge, à la situation de famille ou à la grossesse, aux caractéristique génétiques, à l’appartenance ou la non-appartenance, vraie ou supposée à une ethnie, une nation ou une race, aux opinions politiques, aux activités syndicales ou mutualistes, aux convictions religieuses, à l’apparence physique, au patronyme, à l’état de santé ou au handicap. Ces principes apparaissent également dans le Code pénal (articles 225-1 et 225-2) et les employeurs peuvent faire l’objet de poursuites en cas de discrimination.


Grâce à l’existence de ces lois, vous ne pourrez donc pas croiser d’annonce d’emploi mentionnant “Recherche un candidat de confession catholique (…)” ou alors celle-ci est totalement illégale. Un employeur coupable de discrimination risque jusqu'à trois ans de prison et 45 000 euros d'amende.


La religion au moment de l’entretien d’embauche

Si le recruteurs vous interroge sur vos croyances religieuses au moment de l’entretien d’embauche, sachez que ceci est absolument illégal ! Vous n’avez aucune obligation de lui répondre et pouvez même vous retourner contre lui. En effet, lors de l’entretien d’embauche vous n’avez pas à répondre à des questions d’ordre privé, cela n’ayant rien à voir avec vos qualités et vos compétences au travail.


Des solutions pour éviter les discriminations

Pour éviter que des discriminations à l’embauche telle que celle sur les convictions religieuses persistent, il y a encore beaucoup à faire. La mise en place d’un CV anonyme est par exemple une piste qui aurait mérité d’être sérieusement explorée - et qui peut encore l’être. Rendu obligatoire en 2006 grâce à la loi sur l’égalité des chances, il consistait en la suppression sur les CVs des noms, prénoms, adresses et dates de naissance pour les entreprises de plus de 50 salariés. Cependant, les décrets qui devaient préciser les modalités d’application de cette obligation n’ont jamais été publiés, faisant tomber le CV anonyme aux oubliettes.


Aujourd’hui de nouvelles pistes voient le jour. Récemment, ce sont des entretiens d’embauche… dans le noir ! En février 2019, à Nice, plusieurs demandeurs d’emploi se sont prêtés au jeu. Les entretiens, d’une durée de sept minutes, se déroulaient dans le noir complet. Chaque candidat devait se présenter à travers un adjectif. “Madame Courageuse” ou “Monsieur Bienveillant”, par exemple. Sur les 28 candidats, 13 ont trouvé un emploi. Cette technique permet de se concentrer sur les qualités du candidat, sans être influencé par un jugement visuel, comme la couleur de peau ou la beauté.


Notre conseil

Les discriminations à l’embauche étant malheureusement encore trop nombreuses, gardez bien à l’esprit pendant la rédaction de votre CV qu’il est important de ne pas mentionner d’informations trop personnelles. Ainsi le sexe, la nationalité, l’âge, le lieu de naissance, l’état matrimonial et, bien sûr, les croyances religieuses n’ont pas leur place sur votre curriculum vitae ! Toutes ces informations appartiennent à votre vie privée et doivent le rester.

Comment rédiger son CV de vendeur ?

Exemple de CV pour un vendeur

Vendeur ou vendeuse, voici un métier que l’on connaît tous. Pourtant, selon le lieu et le domaine dans lequel on exerce, cette profession peut être très différente ! En effet, un vendeur peut travaill...

Lire la suite »
Rédigez-vous un CV chronologique ou rétrochronologique ?

CV rétrochronologique

S’il existe plusieurs façons de rédiger son curriculum vitae, le faire de manière rétrochronologique ou antéchronologique peut être une bonne façon de mettre en avant vos expériences professionnelles...

Lire la suite »
Comment rédiger son CV de psychologue ?

Exemple de CV pour un psychologue

Fonction publique, santé, social, travail, milieu scolaire… Si les domaines dans lesquels peuvent exercer les psychologues sont très variés, les qualités d’écoute et d’observation sont toujours indisp...

Lire la suite »